3 phénomènes qui peuvent perturber la météo marine

La météo n’est pas une science exacte. Les prévisions météorologiques, surtout en mer, peuvent être contredites par des phénomènes locaux qui vont perturber le temps. Voici 3 phénomènes qui peuvent perturber la météo marine.

Combien de fois cela m’est arrivé. Je pars le matin, sous un grand soleil, avec une petite brise très légère, je sors le spi. Les prévisions météo ne signalent aucun changement d’ici la soirée, et le retour doit se faire dans les mêmes conditions. Mais voilà, vers 16 heures, alors que je reprends la route, vers le nord, pour rejoindre le continent, voilà que le vent se lève, et que je dois faire du près pendant 3 heures. Alors, les premières années, on râle. Le dos des météorologues est large, très large. Ces bulletins météo sont vraiment nuls. Cette application de météo marine ne sert à rien… Mais ça, c’était avant. Aujourd’hui, j’ai appris à comprendre mon environnement et la nature. En fait, les plus anciens m’ont expliqué 3 ou 4 phénomènes locaux qui peuvent perturber la météo. Alors voici 3 exemples de phénomènes qui vont, tout logiquement, vous permettre d’anticiper certaines situations et de mieux anticiper les météos locales.

L’incidence du relief sur le vent

La première chose qui peut influer sur la météo, c’est le relief de la côte. Les marins navigant sur le lac Léman savent de quoi je parle. Mais sans aller jusqu’à ces phénomènes, plus liés à des effets d’orage, la côte peut être à l’origine, parfois, de courants d’air qui peuvent surprendre les plaisanciers.

C’est en fait assez logique. Imaginez que vous avez un vent de sud qui arrive sur une côte. Cette côte, à un endroit, est fait de grosses collines qui laissent passer une plaine, ou encadrent une baie, en formant un entonnoir. Ce vent va venir s’engouffrer dans celui-ci. La largeur se rétrécissant, sa force sera plus importante dans le goulet. Il s’agit, tout simplement de l’effet Venturi.

Ce phénomène météo est très fréquent dans le goulet de Brest, par exemple, ou entre l’île de Groix et la Rade de Lorient. A débit constant, le passage se restreint et la vitesse du vent, localement, augmente. Vous aurez donc, très souvent, plus de vent à ces endroits-là, suivant la direction du vent.

Si nous réfléchissons bien, nous avons tous en tête, des endroits, ou nous savons que le vent va forcir, pendant quelques instants, ou changer sensiblement de direction. Alors retenons-les pour les anticiper.

Le courant et son impact sur l’état de la mer

Le deuxième phénomène météo concerne surtout les bretons et les normands. Il s’agit de l’effet des courants sur l’état de la mer. Là encore, ceux qui sont déjà passés par le raz de Ouessant ou le Raz Blanchard pourront témoigner de l’effet des courants sur la mer. Mais sans aller jusque-là, les courants marins peuvent, à certains moment durcir la mer, et la rendre difficile à passer, même dans des endroits semblant pourtant paisibles.

En fait, pour être plus précis, le courant n’est pas seul à durcir la mer. Il est fortement aider par le vent. En effet, c’est lorsque la direction de vent s’oppose à celle du courant que la mer se durcit. Pour avoir navigué, très longtemps, dans le Golfe du Morbihan, le phénomène des courants est très visible à l’entrée du Golfe. Lorsque la marée descend et que le vent vient du sud, la mer peut bouillonner et être vraiment désordonnée. Sans être réellement dangereuse, la zone est très impressionnante lorsque vous arrivez sur zone. Plus le courant est fort et plus le vent est fort, plus ce phénomène est sensible.

La température estivale et les brises côtières

Le troisième phénomène est celui dont je parlais au tout début de cet article. Il s’agit des brises thermiques. Et là, pour le coup, que nous naviguions en Méditerranée, en Bretagne, sur le Lac Léman ou aux Antilles, nous sommes tous concernés par ce phénomène météo. En Bretagne, le phénomène intervient l’été, quand la journée a été ensoleillée et chaude ( oui oui, ça arrive, et très souvent). En milieu d’après-midi, le vent se lève, venant de la terre, du nord-ouest pour être précis. C’est très agréable pour entrer au port, en fin de journée. Mais ce vent lève une houle qui peut vite devenir pénible, si vous êtes au mouillage, dans une baie orientée vers ce vent et cette houle. Certains mouillages des îles de Bretagne Sud, et comme par hasard, les plus agréables en journée, sont très pénibles la nuit. J’ai déjà vu des bateaux dont l’ancre dérapait, en pleine nuit, et des plaisanciers qui n’avaient pas dormi de la nuit.

Ces humeurs de la météo peuvent parfois être très impressionnantes. J’ai connu un phénomène très violent, une fois, sur le Lac Léman. Cette brise n’était plus vraiment une brise, mais un gros coup de vent. Je peux vous assurer que je ne faisais pas le malin.

Les fonds marins et les rouleaux

Enfin, en petit bonus, on peut aussi rappeler que le relief des fonds marins peut avoir une incidence sur l’état de la mer. Là encore, les plaisanciers ayant traversé le Golfe de Gascogne pourraient nous conter quelques aventures. Mais sans parler de navigation hauturière, les hauts-fonds peuvent casser les vagues ou lever une houle. Par exemple, entre l’Île de Groix, dans le Morbihan, et Belle Île, le plateau des Birvideaux à tendance à lever une houle, parfois impressionnante. Quand celle-ci s’engouffre dans le passage de la Teignouse, elle peut monter de plusieurs mètres.

1 réflexion au sujet de « 3 phénomènes qui peuvent perturber la météo marine »

  1. Merci pour ce retour d’expérience.
    Concernant le relief d’une île ou des côtes, celui-ci est bien pris en compte par les modèles à maille fine.
    Pour les brises, là aussi je trouve que la précision d’un modèle à maille fine comme AROME est très bonne pour la gestion des brises côtières.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.