Réduire la toile. Prise de ris et autres solutions

voilier au pres avec voiles enroulées

Quand le vent monte, pour garder un voilier équilibré, il arrive le moment ou réduire la voilure devient indispensable.

En navigation, quand le vent commence à bien monter et que, malgré des voiles bien réglées, le bateau n’est plus équilibré, vient le moment de réduire la toile. On réduit la toile quand les conditions ne permettent plus d’avoir un bateau équilibré, malgré des réglages optimisés.

Le but du jeu, en navigation, est de conserver un bateau équilibré, à la barre, et dont la gite n’est pas excessive. Ceci permet de conserver une bonne vitesse, un confort de navigation et de garantir la sécurité de l’équipage et du bateau. La décision de réduire doit avoir été envisagée, avant de partir en mer. Ceci permet d’anticiper les manoeuvres. Il est toujours plus simple de prendre un ris avant de partir que pendant la navigation, par exemple. Enfin, le choix de réduire la surface de la grand voile ou de la voile d’avant en premier lieu, dépend du voilier, de son équilibre.

Quels sont les possibilités pour réduire sa surface de toile ?

Le génois

Pour réduire la surface de la voile d’avant, il y a 3 possibilités.

La première, et la plus commune, est d’enrouler le génois. La très grande majorité des voiliers est maintenant équipée d’un enrouleur de génois, en croisière notamment. Dans ce cas, la manœuvre est très simple et ne mérite pas d’explication. Il faut toutefois garder à l’esprit que quand vous avez roulé, en partie, le génois, il est important de changer les réglages des chariots avale tout de ce dernier. En effet, l’angle de tire est modifié et il sera sans doute nécéssaire d’avancer ces derniers.

Si enrouler le génois est très simple, il faut avoir à l’esprit qu’au-delà de quelques tours (4-5 tours d’enrouleur), la voile d’avant ne sera plus réglée correctement et sa forme ne sera plus optimale. L’idéal, dans ce cas, si une réduction supplémentaire s’impose, est de changer de voile d’avant.

Changer de voile d’avant

Changer de voile d’avant ? Certains diront que « ça, c’était avant… » Et pourtant, parlez en aux régatiers, ils vousenrouleur de genois diront tous que c’est la meilleure solution. Changer un génois pour un foc, un foc pour un autre numéro, voir, gréer un tourmentin, il n’y a rien de mieux. Changer de voile permet de conserver une voile qui pourra être bien réglée, qui conservera une forme adéquate. Des solutions existent pour optimiser cette manœuvre comme les étais double gorge. Ce type d’étai permet de hisser la nouvelle voile dans la foulée de l’affalage de la précédente.

Prendre un ris

Les prises de ris sur des focs sont de plus en plus rares. Ce type de solution existait surtout sur les voiliers de voyage. Cette solution très prisée par certains navigateurs nécessite des voiles sur mousqueton.

La grand voile

Contrairement au génois, la solution la plus répandue, pour réduire la surface d’une grand voile est la prise de ris. La manœuvre consiste à réduire la toile par le bas. Des oiellets sont placés de l’avant à l’arrière de la grand voile, sur plusieurs niveaux. On appelle ces lignes d’oillets, les bandes de ris. Les grands voiles sont, en général, équipée de 2 ou 3 bandes de ris.

Pour faciliter la manœuvre, il est possible d’installer un système de prise de ris automatique. Ce système à l’avantage d’effectuer la manœuvre sans aller en pied de mat, tout s’effectue du cockpit.

L’enrouleur

Les enrouleurs de grand voile sont de plus en plus présents sur les voiliers, surtout les plus grosses unités. Si ce enrouleur de grand voilesystème n’a pas convaincu tous les propriétaires de voiliers, il faut leur reconnaitre une certaine fiabilité. Deux systèmes existent/

  • L’enrouleur classique. Avec un enrouleur classique, la grand voile est enroulée le long du mat, par le guindant. Le point d’écoute de circule, lui, sur un chariot, le long de la bôme. Si la manœuvre est facile, l’inconvénient de ce système est que la grand voile ne peut pas être lattée et que sa surface est réduite.

  • L’enrouleur de bôme. L’enrouleur de bôme est une alternative qui semblait intéressante. La grand voile est enroulée dans un enrouleur située dans la bôme, ou alors, c’est la bôme qui roule sur elle-même. L’avantage de ce système est la possibilité d’avoir une voile lattée et une surface plus importante. Ce système ne semble pas avoir trouvé son public. Pourtant Facnor proposait un enrouleur, situé dans la bôme, qui m’avait semblé efficace, il y a quelques années, pour l’avoir testé deux ans sur un bateau.



Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire