Le Rush, de la croisière à la régate.

voilier rush au près

Le Rush est un voilier qui a participé à l’histoire de la plaisance en France et qui a marqué son passage dans les régates du littoral français.

Le chantier vendéen Jeanneau a lancé le Rush en 1980, pour remplacer le Brin de Folie. Dés sa première présentation au salon nautique, ce course croisière connu un beau succès malgré une durée de production assez courte, sa production s’arrêta en 1984. A l’époque, le chantier Jeanneau décide de faire appel à l’architecte Ron Holland. Ce dernier commence à se faire un nom en trustant toute les meilleures places sur le circuit IOR, la Half Ton Cup. Jeanneau souhaite sortir un voilier de croisière capable de figurer sur les podiums tout en permettant à son équipage d’effectuer de belles croisières en famille. C’est de cette philosophie que nait le Rush, et sa carène typiquement half tonner.

Un voilier racé

Le Rush arrive sur le marché avec un certain décalage, il faut le reconnaitre. Ses lignes très tendues, très spécifiquescockpit jeanneau rush aux half tonners de l’époque, le démarque des nouvelles productions. Son tableau arrière ne lui permet pas d’avoir de cabine arrière. Son cockpit lui offre moins de place que certain de ses concurrents. Mais ces lignes lui offre des avantages indéniables sur les concurrents directs : Une capacité à s’élancer même par très faible brise et à remonter au près au dessus de la moyenne. Car en effet, le Rush est une machine à faire du près, notamment dans sa version Régate ou Royal ( quille en plomb, bastaques) et Grand tirant d’eau.

Voilier du Tour de France

A l’époque de sa sortie, les mangeurs d’écoute ne s’y trompe pas et le bateau connait vite un succès commercial et en régate. Ses qualités marines vont pousser les organisateurs de Tour de France à la Voile à le choisir comme monotype du tour, en remplacement du First 30, entre 1982 et 1983. Il sera ensuite remplacé par le Sélection 37. Pendant quelques années, il fera les beaux jours des propriétaires régatiers. Aujourd’hui encore, ce pure course croisière donne beaucoup de plaisirs et est un bon support en HN/Osiris. L’association des propriétaires de Rush fait vivre ce bateau en organisant des régates et conserve pas mal d’infos sur le bateau

De la régate à la croisière

Mais le Rush ne s’adresse pas qu’aux régatiers, loin de là. Ce voilier offre de belles perspectives de croisières. En choisissant la version PTE ou GTE (quille en fonte, gréement en tête à un étage de barres de flèche), il est assez simple à naviguer et régler. Son comportement en mer est sain et sécurisant. Le Rush, dans toute ses versions, est un voilier ardent. Le Rush demandera à ce que la toile soit réduite assez tôt. Le voilier partira assez vite à la gite. mais dans le même temps, il permettra aussi d’avancer à la voile quand d’autres voiliers seront dans l’obligation d’allumer le moteur. Le bateau est bien équilibré sous voile et autorisera les erreurs sans mettre en danger l’équipage. Sous spi, malgré son petit tableau arrière, il est assez stable. Mais surement moins que les voiliers plus récents.

Une construction à toute épreuve

La construction de bateau est, elle, digne de l’époque, un vrai voilier Jeanneau des années 80. Un bateau costaud, bien construit, qui tient très bien les années. Le plan de pont, quand à lui, est vraiment bien pensé. Hiloires et cockpit confortables, passe avants larges. Toutes les manœuvres peuvent facilement être ramenées au cockpit et le barreur pour tout avoir sous la main, en équipage réduit ou en solitaire.

Volume à l’intérieur

carré jeanneau rush voilierA l’intérieur, le volume est là. Au pied de la descente, on trouve, sur tribord, une véritable table à carte pouvant servir de bureau. Elle pourra accueillir la VHF et les différents écrans de PC ou de combinés sondeur-GPS ou autres. Derrière celle-ci, la couchette « cercueil », typique à l’époque, est inutilisable, même pour un enfant. Des aménagements sont à prévoir, sinon elle peut être utilisée comme rangement (annexe,…). Du côté bâbord, on trouve un coin cuisine bien pensé, il fallait bien nourrir l’équipage en régate à l’époque. Un réchaud, une glacière et des rangements nombreux. Le carré est un des plus grands de l’époque. 6 ou 7 personnes pourront se tenir autour de la table sans se déranger.

Ce vaste carré est transformable en couchette double. Cette couchette double, décentrée sur tribord, pourra rester dans cette configuration pendant la journée sans empêcher le passage vers l’avant. Pour passer vers la cabine avant, qui reste de belle taille, on traverse la salle d’eau. Celle ci est équipée d’un évier sur bâbord et des WC, fermées, à bâbord. Quand on visite plusieurs Rush, on se rend compte qu’il existe plusieurs configurations, notamment entre les versions régates, plus épurées, et les versions croisière. Mais le plan intérieur reste le même.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Caractéristiques

Longueur hors tout9.55 m
Longueur coque9.20 m
Longueur à la flottaison7.75 m
Bau maxi3.15 m
Tirant d’eau1.70 m
Déplacement lège2900 kg
Lest1130 kg
Jauge7.23 Tx



Soyez le premier à commenter

laissez votre commentaire, donnez votre avis sur le sujet

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.