Les plaisanciers sont-ils des nantis?

En voilà une question qui fâche : les plaisanciers sont-ils des nantis ? Entre l’image du propriétaire de voilier appartenant au yacht-club du port et celle du voileux, sans le sans argent, qui tente de naviguer sur un bateau qui prend l’eau de partout, la réalité est bien évidemment moins caricaturale. Mais pourtant, l’image du plaisancier, qui a assez d’argent pour se payer un bateau, à la vie dure. Alors qu’en est-il réellement ?

Le nautisme est un loisir qui coûte cher

Il faut reconnaître que le nautisme est un loisir qui n’est pas accessible à tous les portefeuilles. Acheter un bateau, ou même louer son voilier pour une semaine de croisière, est une dépense à quatre chiffres, minimum.

Par exemple, la location d’un voilier de 9 mètres, en période estivale, revient à plus de 1500 euros, sur les côtes françaises. A ce prix là, vous pouvez bénéficier de plusieurs semaines en camping, en tente, avec restos tous les midis. Vous pouvez même partir en vacance dans un hôtel tous-compris, dans certains pays européens.

Pour ceux d’entre-nous qui sommes propriétaires d’un bateau, c’est pire. Entre le coût d’achat du bateau, et le coût d’entretien annuel, la facture monte très vite ( assurances, place de port, hivernage,…).

Pourtant, cela n’arrête pas nombre d’acquéreurs de bateaux neufs ou d’occasion. Il suffit de se balader sur les pontons de Bretagne, de Méditerranée ou de Charente pour toujours faire le même constat :

Les bateaux sont de plus en plus grands

Il y a quelques années, un voilier de 9 mètres était une grande unité. Aujourd’hui, cela reste un petit bateau comparé aux nouvelles constructions des chantiers français et européens. Et les catalogues de ces mêmes chantiers attestent de ce constat.

Nous parlons donc de budget d’achat de bateau à 5 chiffres. Un Oceanis 30.1, de chez Bénéteau, équipé et près à naviguer coûte environ 90.000 euros. Un Jeanneau Sun Odyssey 349, de son côté coûtera, lui, plus de 150.000 euros. Et nous parlons des plus petits voiliers de la gamme. A ce prix, vous pouvez acheter un appartement ou une maison dans certaines régions. Alors, oui, effectivement, la nautisme est loisir qui coûte cher.

Un bateau est-il plus cher qu’un camping-car ?

Ceci étant dit, les plaisanciers sont-ils des nantis par rapport à d’autres passionnés et des personnes ayant mis leur argent ailleurs. J’aime bien comparer le monde du nautisme avec celui du cheval. En effet, il s’agit de deux loisirs qui bouffent du temps et de l’argent. On dit souvent qu’une personne qui est passionné de cheval ne sera jamais riche, tout comme pour les passionnés de voile. En effet, dans ces domaines, il y a deux mondes. Vous avez, d’un côté, des passionnés sans le sou qui dépensent tout ce qu’ils gagnent dans leur passion. De l’autre, des personnes très aisées qui investissement dans de très beaux chevaux ou de très gros bateaux. Ces deux mondes se croisent mais ne se regardent que peu.

Mais le loisirs qui ressemble le plus à la plaisance est le camping-car. Les propriétaires de camping-car achètent celui-ci pour découvrir le monde, près de chez-eux ou plus loin. Ils investissent dans ce qui devient leur résidence secondaire mobile. Or, ces camping-caristes ont-ils une image de nanti ? Globalement, non. Lorsque qu’on pense camping-car, on pense plutôt à un couple en retraite, qui a investit toute la prime de départ de l’entreprise dans le caming-car, et terminé de payer sa maison. Or, combien coûte un camping-car ? Les moins chers sont à 50.000 euros, l’équivalent d’un voilier transportable neuf. Les plus chères dépassent les 200.000 euros. Et je ne vous parle pas des vans, vous savez, ces camions aménager. Loin de l’image du jeune couple baba-cool, ces camions valent plus de 70.000 euros, neuf. Ces chiffres font donc relativiser l’investissement dans un bateau.

La voile populaire, une histoire de passion

Alors oui, un bateau est clairement une grosse dépense. Il s’agit même d’un trou sans fond. La moindre petite réparation coûte une fortune. Pour autant, la voile est elle un loisir de nantis ? Et bien ce serait vite oublier tous ces plaisanciers qui naviguent sur des voiliers de plus de trente ans. Ce serait vite oublier tous ces plaisanciers qui chérissent leur petit voilier transportable, ou pas, de moins de 7 mètres. Ce serait vite oublier tous ces plaisanciers, passionnés par la mer et leur bateau, qui comptent le moindre euro qu’ils vont investir dans leur moteur, leur gréement. Tous ces plaisanciers qui vont mettre les mains de le cambouis tous les week-end, car ils n’ont pas les moyens de faire appel à un professionnel, ou tout simplement par passion.

Il suffit de se promener, le long du littoral français pour observer de nombreux bateaux, sur des mouillages à pas trop chères, qui restent dans un état admirable, par rapport à certaines unités récentes, qui prennent la verdure sur des pontons. Mais je n’oublie pas tous ces jeunes aventuriers, un peu fous, qui partent pour rejoindre le bout du monde, à bord de petits bateaux.

Alors oui, admettons que posséder un voilier n’est pas donné à tout le monde. Affirmons même que nous, propriétaires de voiliers, avons la chance de pouvoir mettre de l’argent de côté, après avoir payer nos factures, pour entretenir notre bateau. Pour autant, le monde de la voile et de la plaisance n’est pas plus élitiste que d’autres mondes. Alors, oui, les plaisanciers ont de la chance, mais ce ne sont pas des nantis.

14 réflexions au sujet de “Les plaisanciers sont-ils des nantis?”

  1. Bonjour, bel article. Ce n’est pas l’argent qui fait le marin,c’est vrai. Le mot passion vient de pâtir qui signifie souffrir. On souffre pour ce, ceux que l’on aime. Donc aimer son bateau c’est comme aimer un être cher dans l’élément admirable que nous a donné le créateur: La Mer.

    Répondre
  2. Bonjour Ronan,
    J’aime bien ta comparaison avec les campings car qui se vendent comme des petits pains depuis plusieurs années. J’ai un petit voilier 7/8m que j’ai acheté 3000 (40ans), j’en suis à peut-être 3000 de frais, bien loin d’un camping car même d’occasion que je n’ai pas. Par contre, que d’heures passées à travailler dessus.

    Répondre
  3. des bateaux d’occasion, des voiliers pour moins de 5000€ et en bon état (et à 1000€ modèles assez anciens (30 ans <8M ne pouvant plus naviguer sur les océans, mais naviguent dans des baies…ou lacs…) – mais encore faut il avoir une place port ou au corps-mort à l'année…sinon sur remorques… sinon ces bateaux partent à la déconstruction

    Répondre
  4. Oui, le bateau est accessible, mais il faut rentrer, raisonnable quant à la taille, parce que ancien ou récent, le budget va avec , si l’on on veut avoir un bateau en ordre…
    Il faut compter,
    -le port.
    – l’assurance
    – le carénage annuel.
    -l’entretien moteur annuel.
    -les provisions pour charges à venir( gréement dormant, courant, moteur… coude échappement, détartrage de l’echangeur) mise à jour de la sécurité, gilet hydrostatique, feux à main,balise, survie, pour un armement hauturier….
    Tout cela a un coût, pour avoir un bateau en ordre , et pas une épave flottante.
    Je note tous les frais effectués sur mon oceanis 320, acheté en 2015 à 30000 €. actuellement 35000 de frais donc coût 65000, sur 8 ans 8000€/ ans
    Assurance tous risques 460 €/ an
    Port 2500 € par ans.
    Sans compter la valeur d’achat,en considérant que c’est sa valeur actuelle ( en rêve) 35000:8= 8250€ (arrondi)
    8250+2500+ 460=11100€
    On divise par 12 pour une année sur 8 ans plus de 900€ / mois.
    Mon bateau est comme neuf , armé hauturier, genacker sur emmagasineur, survie neuve….c’est la raison pour laquelle je navigue sur un 32 pieds,au top, plutôt que sur un 40 pieds perfectible….
    Après j’ai des collègues qui font petits…. qui changent quant ça casse! C’est une autre façon d’appréhender la mer…..
    Comme un camping car ,ça reste un loisir très cher….
    Un bateau neuf jusqu’à 10 ans , on paie la LOA, et entretien minime.
    Après le bateau vieillissant, les frais augmentent….et n’ envisageons pas la panne moteur, ou il faut le remplacer, pour un 9/10 m un 3ym20 de 21cv monté coûte 12000€( c’est ce qu’à payé mon ami pour son gibsea 30 de 40 ans !!!
    Donc oui peut être pas des nantis, mais pas à la portée de toutes les bourses.( on parle de bateaux de 9/10 )
    Cordialement.

    Répondre
  5. J’ai habiter 3,5 ans sur mon ancien 34 pieds a l’ancre en Australie. Donc je payais meme pas 700 euros l’année juste pour acceder a un yacht club et la registration du bateau.jamais été dans une marina.
    Je viens d’acheter un 52 pieds. Je vis toujours a bord. Dans une marina. C’est cher
    C’est un budget un bateau mais si c’est ta maison en même temps, ton loisir, ta maison de vacances et ton moyen de déplacement en vacances, cela devient bien plus abordable. Il faut essayer de tout apprendre en maintenance aussi pour limiter les coûts.
    Il faut avoir un sacre budget pour avoir une maison et aussi un gros voilier et ne pas vivre dessus
    Bon vent

    Répondre
  6. Je partage totalement ton point de vue. La comparaison, en termes de budget, avec le camping-car, est tout à fait sensée.
    Ma petite famille est propriétaire d’un 30 pieds de 1998. Et le plus cher, c’est bien l’entretien. Cela dit j’ai été copropriétaire, avec sept copains et copines, d’un Romanée pendant 28 ans. Et ça a bien marché. On a juste arrêté parce que certains d’entre nous se sentaient un peu fatigués…
    Je conclus en rappelant que je suis issu d’une génération qui s’est passionnée pour la voile grâce aux colos et aux écoles de voile, telles que les Glénans, dans les années 70 et 80. Et en ce temps, il y avait là une forte démarche d’éducation populaire, la voile étant un cadre d’apprentissage du « vivre ensemble ».
    Et merci à toi, Ronan, pour la création et l’animation de « Mers et bateaux », ça fait du bien et c’est utile!

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.