Que signifient lofer et abattre?

Sur un voilier, nous gardons rarement le même cap. Pour modifier ce cap, nous allons lofer ou abattre. Quelles sont ces deux notions et leurs conséquences sur le réglage des voiles. 

Barrer un voilier est un art qui demande de la concentration et de l’observation. Nous ne gardons jamais la barre bien droite pendant plusieurs minutes. Nous nous adaptons au vent et aux vagues. Et parfois, nous allons même modifier notre cap. Et pour cela, nous allons lofer et abattre. Mais que signifient ces deux notions et quelles sont les conséquences de ces deux actions ? 

Qu’est-ce que lofer ? 

Commençons par l’action de lofer. Lorsque nous lofons, nous faisons tourner la proue du bateau vers le vent. On dit aussi que nous remontons au vent. Nous allons donc pousser la barre sous le vent pour faire remonter le voilier vers le vent. 

Lofer peut être une manœuvre dont l’objectif est tout simplement de changer de cap. Mais lofer a aussi pour effet de rapprocher de l’axe du vent par rapport à la voile, ce qui peut augmenter la puissance et la vitesse du bateau. 

Cependant, il y a un point de lof optimal, au-delà duquel le bateau commencera à ralentir, car il sera trop près du vent pour maintenir une bonne progression. Le lof est donc un moyen de contrôler la direction et la vitesse d’un voilier. 

Que signifient lofer et abattre?

Qu’est-ce que abattre? 

Venons-en à l’action d’abattre. Abattre signifie faire tourner la proue du bateau loin du vent. Si en lofant, nous remontions au vent, ici nous allons redescendre sous le vent en tirant la barre au vent. Nous allons nous éloigner de l’axe du vent. Là encore, l’objectif est de changer de cap et, dans le même temps, de modifier l’attitude du voilier. 

Abattre réduit l’angle d’incidence du vent sur la voile, ce qui peut être nécessaire pour réduire la vitesse ou relâcher la pression sur les voiles. Mais aussi d’augmenter la vitesse en s’éloignant de l’allure du près. Abattre est souvent utilisé pour réduire la puissance de la voilure lorsque le vent devient trop fort ou pour changer de cap de manière contrôlée. 

L’équilibre du bateau 

dériveur

Mais comme toujours, rien n’est simple sur un bateau. Un voilier peut parfaitement avoir tendance à lofer ou abattre tout seul. En effet, la voile d’avant et la grand-voile ont une incidence sur l’équilibre du bateau. La grand-voile va avoir tendance à faire lofer le bateau, grâce à sa poussée vélique, se situant à l’arrière de celui, par rapport à l’axe de la quille. A l’inverse, le génois ou le foc vont avoir tendance à faire abattre le bateau. C’est pour cela que nous allons parler de voilier ardent ou mou, d’ailleurs. 

Le réglage des voiles 

Pour garder un voilier bien équilibré et s’adapter aux changements de cap, nous allons donc devoir régler les voiles en fonction de l’allure du bateau à chaque fois que nous lofons ou que nous abattons. Nous travaillerons sur les deux voiles. Le réglage de la grand-voile et le réglage de la voile d’avant devant s’adaptant au nouveau cap, et donc au vent apparent et à la nouvelle allure du bateau. 

dériveur 470

Généralement, nous allons: 

  • Border les voiles quand nous lofons, ou remontons au vent 
  • Choquer les voiles quand nous abattons, ou descendons sous le vent 

Border : Action qui consiste à modifier le réglage d’une voile en tirant sur son écoute 

Choquer : Action qui consiste à modifier le réglage d’une voile en donnant du mou à son écoute. 

Lorsque le barreur effectue une manœuvre, il ne doit pas agir seul (sauf si vous êtes en solitaire…). Vous devez donc préparer votre manœuvre en informant l’équipage. Les équipiers en charge des écoutes pourront alors adapter le réglage des voiles en fonction du nouveau cap. 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.