Golden Globe Race, l’autre tour du monde

La Golden Globe Race est partie, des Sables d’Olonne, ce 4 septembre 2022. 16 skippers pour un tour du monde de 30 milles, sans escale.

C’est partie, 16 skippers se sont élancées des Sables d’Olonne, pour la Golden Globe Race 2022. Cette course est rentrée dans l’histoire de la course au large, en 1968, tout comme certains concurrents comme Bernard Moitessier ou Sir Knox Johnston. Après avoir longer le long môle du port, les skippers vont, à leur tour, écrire une belle page de l’histoire de la voile en solitaire.

L’édition 2017 avait été un grand succès sportif et populaire. La victoire du breton d’adoption, Jean-Luc Van Den Heede, avait fait beaucoup de bruit. Cette première édition avait été l’occasion de célébrer le 50e anniversaire du départ de Sir Robin Knox-Johnston depuis Falmouth en 1968 lors d’une parade nautique « Suhaili 50e Falmouth ». Sir Robin, avait même fait son retour à bord de son voilier Suhaili, et avait été rejoint par deux autres voiliers de la flotte historique, Gipsy Moth IV de Sir Francis Chichester et Lively Lady de Sir Alec Rose.

Pour cette édition 2022 de la Golden Globe Race, 16 navigateurs représentant 12 nations sont inscrits pour cette aventure unique, sur d’anciennes gloires de la course au large, des voiliers de course hors du temps. La grande majorité de la flotte est constituée de skipper anglo-saxons. En effet, les anglais, les irlandais et les australiens sont en force. Mais la France ne sera pas en reste avec la présence de Arnaud Gaist et Damien Guillou, que nous allons suivre. Le skipper de 39 ans est, sans doute, le plus jeune de la course.

En 1968, la Golden Globe Race avait fait grand bruit. Lors de cette édition, les concurrents pouvaient partir des ports du nord de la France ou du Royaume-Uni. De plus les départs pouvaient avoir lieu entre le 1er juin et le 31 octobre. Neuf navigateurs avaient pris le départ de la course dont les Français Bernard Moitessier et Loïc Fourgeron. Un seul d’entre eux reviendra à bon port – Robin Knox-Johnston , sur son voilier Suhaili.

Moitessier, naviguant sur le bateau le plus grand et le plus rapide, Joshua, ne finira pas la course. Il fera demi tour, après le passage du Cap Horn. Il deviendra un mythe en commençant une deuxième circumnavigation, « pour sauver mon âme ».

La Golden Globe Race: Une course pour grands navigateurs

depart golden globe race
photo: site golden globe race

Si la Golden Globe Race est une course au large qui semble vintage, au vu de l’âge des skippers et des bateaux, elle en a que l’apparence. En effet, la particularité de cette course est que les bateaux présents sur la ligne de départ sont des voiliers de série de plus de 30 ans. Un des voiliers les plus représenté est le le Rustler 36, un voilier de 11 mètres. De plus, les skippers ne sont pas autorisés à transporter d’appareils électroniques. Ils navigueront au sextant sur des cartes en papier, sans instruments électroniques ni pilotes automatiques. Ils écriront leurs livres de bord à la main et établiront eux-mêmes la météo. Ils ne contacteront que très rarement leurs proches et le monde extérieur, lorsque les radios haute fréquence longue portée le permettront.

Autant dire que cette course sera une véritable aventure, au même titre que le Vendée Globe et ses voiliers de la classe IMOCA, ultra modernes.

Les skippers au départ de la Golden Globe Race 2022

skippers de la Golden Globe race

Les participants à cette nouvelle édition de la Golden Globe Race viennent de nombreux pays. Contrairement à de nombreuses courses très franco-françaises, comme le Vendée Globe, par exemple, cette course est réellement internationale. Si la France est représentée, les anglo-saxons le sont aussi, et sont même majoritaire. Les skippers viennent de pays comme l’Irlande, l’Angleterre, les USA, l’Inde, la Finlande, l’Australie ou l’Afrique du Sud, par exemple.

  • Tony ABHILASH – Inde
  • Arnaud GAIST – France
  • Damien GUILLOU – France
  • Edward WALENTYNOWICZ – Canada
  • Elliott SMITH – Etats-Unis
  • Ertan BESKARDES – Royaume-Uni
  • Guy DE BOER – Etats-Unis
  • Guy WAITES – Royaume-Uni
  • Ian HERBERT-JONES – Royaume-Uni
  • Jeremy BAGSHAW – Afrique du Sud
  • Kirsten NEUSCHÄFER – Afrique du Sud
  • Mark SINCLAIR – Australie
  • Michael GUGGENBERGER – Autriche
  • Pat LAWLESS – Irlande
  • Simon CURWEN – Royaume-Uni
  • Tapio LEHTINEN – Finlande

5 réflexions au sujet de “Golden Globe Race, l’autre tour du monde”

  1. Le week-end du 16 et 17 juin a vu au Bono (dans le Morbihan, lieu où est enterré Moitessier) le rassemblement d’un autre événement de ce genre puisque les français ont également organisé une longue route 2018.
    Vingt six skippers sont engagés dont certains sont déjà partis. La différence est que côté français, contrairement aux anglais, il n’est pas imposé de type de bateaux, il n’y a pas de frais d’inscription et l’électronique moderne est autorisée même si certains concurrents s’en priveront.
    Chacun participant avec le voilier de son choix comme le stipulait le règlement de l’époque. Le plus petit à partir est une réplique de Tamata à l’échelle 2/3.
    Cette longue route a été instaurée par Guy Bernardin malheureusement disparu en mer durant l’été 2017.
    http://www.longueroute2018.com

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.